Chapitre IV : Cours de sorcellerie

 

« Kloe? Quelque chose ne va pas? C’est à cause du sort que tu as jeté? Ca c’est mal passé?

- Non! rassure-toi

- Tu as une voix bien gaie ! Qu’est-ce qui te rend si joyeuse ?

- Devine…

- …

- Edric est venu me voir. Et nous sommes ensemble.

- …

- T’es…, t’es pas contente pour moi?

- Si mais j’ai peur que le fait de sortir avec un sorcier ne te cause beaucoup d’ennuis!

- Arrête avec tes discours de sage! après tout moi aussi je suis apprentie sorcière! je sais me débrouiller en cas de soucis! Et puis au moins lui il le sait, je n'aurais pas à me cacher

- Comme tu nous l’as si bien montré avec le sort que tu viens de jeter!

- C’est bon… pas la peine de me le rappeler.

- Je suis contente pour toi, mais fais attention, ne t’aventures pas dans des eaux trop dangereuses!

- Oui maman! ironisa Kloe

- Arrête! je ne rigole pas!

- Moi non plus! Puisque je te dis que je l’aime! fais moi donc un peu confiance!

- Oui oui, je te fais confiance. Bon salut, ma mère m’appelle. A plus. Appelle-moi si t’a du nouveau.

- OK.»

La réaction de Kathleen n’avait pas beaucoup plu à l’apprentie. Mais dans le fond, elle n’avait pas tort. Soudain, une question survint à l’esprit aigu de l’adolescente. Edric avait rendez-vous avec Maître Edris, certainement pour ses leçons, mais elle, pourquoi ne savait-elle pas encore quand allait avoir lieu sa première leçon?

Cela devait-il lui paraître étrange? Oh! Elle ne savait plus que penser. En re-vanche, ce qu’elle savait c’est qu’elle était follement amoureuse d’Edric, mais que serait-il arrivé s’il lui avait dit que ce n’était pas réciproque. Ne préférant pas y penser, elle descendit et aida Pauline à préparer le dîner. Demain, on serait dimanche. Il lui restait encore un jour pour se préparer au comportement d’Edric au lycée. Elle ne voulait pas que tout le lycée soit au courant.

Plongée dans ses pensées, elle s’était immobilisée dans son action de mettre la table. Elle fut ramenée à la réalité par son père qui lui tapota sur l’épaule, ce qui signifiait, « il faut que nous parlions». Elle finit de mettre la table et rejoignit son père au salon. Ils discutèrent pendant une vingtaine de minutes. D’Edric. Elle lui expliqua leur rencontre et Kloe, pour une fois, fut contente d’entendre sa mère leur dire de venir dîner. Elle ne voulait plus parler d’Edric avec son père. Ni avec personne d’autre d’ailleurs. Elle passa donc à table et mangea sans grand appétit. Après quoi elle remonta dans sa chambre, passa sa chemise de nuit et s’endormit profondément.

Elle se retrouva dans un jardin botanique, en présence d’un grand homme, vêtu une fois de plus d’une grande cape verte. Elle leva les yeux et ne vit pas le visage de l’homme. Ce dernier lui posait des questions sur les différentes plantes, les différents oiseaux et elle y répondait parfaitement. Mais elle ne connaissait rien des végétaux ni même des volatiles. Mais elle répondait correctement à toutes les interrogations. Elle regarda par mégarde au sol et se découvrit en cape elle aussi, mais jaune pâle. Pourquoi était-elle habillée comme ça?

Elle fut tirée de son sommeil par un poing tambourinant à sa porte. Ce poing avait une voix. Sa mère lui disait de se lever, il était 11h45 et ils n’allaient pas tarder à déjeuner. L’apprentie ouvrit lentement, posément ses paupières encore lourdes de sommeil. Ensuite elle posa un pied, puis deux sur le sol, enfila ses pantoufles et fila prendre une rapide douche. Elle s’habilla en quatrième vitesse et descendit vite pour manger. Malheureusement le repas ne lui plu guère et elle eut vite fait de remonter dans son «domaine». Elle ferma la porte juste à temps car un hibou moyen duc entra se poser sur le porte manteau de l’adolescente. Un petit bout de parchemin était accroché à sa patte par un cordon de cuir noir. Elle caressa gentiment l’oiseau et lui prit le message. Comme elle s’en doutait, c’était Maître Edris. Remerciant le volatile, elle déplia le papier froissé et lue:

Chère Apprentie, ton premier cours aura lieu cet après-midi, à 15h36 ne soit pas en retard. Je te retrouverais au Carrefour de la Duchesse. Le cours se déroulera en non présence d’Edric. Je te prierais de venir avec un bloc-notes et un crayon à papier. Pour faire des croquis et prendre des notes. N’oublie pas de venir… chère Apprentie.

Kloe relut la lettre plusieurs fois en entier. Pourquoi aurait-elle besoin d’un crayon de papier et d’un bloc-notes au Carrefour de la Duchesse? Elle ne voyait qu’une seule solution, le Carrefour n’était qu’un point de rendez-vous. Elle regarda sa montre. 13h30. Elle avait encore le temps avant son rendez-vous. Elle se consacra donc à regarder son Grimoire. Il était plein de leçons sur les plantes et les plumes. A quoi cela pouvait-il bien servir dans la Magie Blanche? Tant pis, il fallait bien qu’elle s’occupe. Elle se plongea donc intensément dans la lecture. Mais au bout de presque deux heures de lecture, n’y comprenant toujours rien, Kloe ferma le bouquin et prit bloc-notes et stylo. Puis elle s’en alla en direction du Carrefour de la Duchesse. Elle fut sur place à 15h35. Heureusement, elle n’était pas en retard. Exactement une minute après, Maître Edris arrivait. Dans une grande cape noire. Kloe se demandait des fois comment son Maître faisait pour ne pas avoir honte en se baladant comme ça. Elle n’osait pas le lui demander. En le voyant arriver, l’Apprentie vit également qu’il portait quelque chose sur le bras. Une sorte de tissu jaunâtre, délavé. Elle voulut lui demander où ils allaient mais le Maître se contenta de pointer le doigt à droite. Puis il se mit à marcher. Elle le suivit. Elle trépignait d’impatience. Enfin! Elle allait enfin pratiquer de la magie, et cette fois elle aurait le droit.

Mais il ne l’emmena que dans un jardin botanique immense. C’était une serre gigantesque pleine de plantes que Kloe n’avait jamais vu au cours de sa courte vie. Des grandes, des plus petites, des hautes, des aplaties, des jolies, des horribles… toutes sortes de plantes. Se demandant ce qu’ils faisaient là, la jeune fille s’apprêtait à poser la question quand Maître Edris mit l’index devant sa bouche et pointa l’auriculaire en direction des vestiaires. Des vestiaires? Qu’est-ce que des vestiaires venaient faire dans une serre? Puis, Maître Edris lui tendit ce qu’elle prenait pour un tissu. C’était en fait une toge jaunâtre. Elle tourna la tête et vit plein de jeunes habillés en canari avec à leur côté un homme en robe noire. Elle regarda d’un air interrogateur son Maître mais ce dernier lui montra du regard les vestiaires. Elle lui demanderait plus tard.

C’étaient de grands vestiaires peints en jaune flashant. Les bancs, accrochés aux murs, ne paraissaient pas très solides. Mais Kloe s’y assit tout de même. Elle ne s’attendait pas du tout à ça pour sa première leçon de magie. Elle était particulièrement déçue. Mais en même temps, cette scène lui rappelait vaguement quelque chose. Elle avait l’impression d’avoir déjà vécu ça. Sa mémoire vivait une sensation de déjà-vu. Elle enfila vite fait sa robe et se trouva très ridicule habillée comme ça. Pourquoi tous les jeunes étaient-ils ''fringués'' ainsi. La tête pleine de questions, elle sortit. Son Maître la regarda droit dans les yeux.

« Maître Edris?

- Je sais ce que tu vas me demander.

- Désolé d'être aussi impertinente mais puis-je vous poser la question quand même Maître?

- Oui. Vas-y.

- Pourquoi tous les jeunes sont-ils habillés comme moi avec cette…cette robe jaune ?

- Cette serre, où nous sommes, est une serre que seuls les sorciers et les Apprentis sorciers peuvent voir.

- Alors… ce sont tous des sorciers?

- Oui Apprentie.

- Et autre chose.

- Oui?

- J’ai fait un rêve l’autre nuit. Et je me suis vue, avec vous, ici me semblait-il. Je croyais que ce n’était qu’un simple rêve mais en me retrouvant, ici avec vous... J’ai peur Maître!

- Je te prendrais pour une idiote si tu n'avais pas peur Apprentie. Tes pouvoirs sont très grands, vraiment très puissants. C’est normal qu’ils t’effraient et t'affectent au début mais tu t’y feras et peu à peu, tu y prendras goût. Maintenant, acceptes-tu de commencer cette première leçon de magie?

- Puisque que j’en suis au moment des confessions…

- Je me doute que tu ne t’attendais pas à ça pour une première leçon de magie. Mais la science des plantes et des animaux est la plus précieuse dans la Magie Blanche, c’est pourquoi il est élémentaire que tu la connaisses. As-tu amené le bloc-notes et le crayon de papier que je t’avais demandé.

- Bien sur Maître Edris.

- Alors commençons veux-tu. »

Ils se baladèrent un long moment sans rien dire. Ils passèrent devant plusieurs Maîtres avec leur(s) Apprenti (es). Des plantes, des plantes de partout. Et des milliers de jeunes adolescents qui prenaient des notes furtivement. De vagues dessins parvenaient aux yeux de Kloe. Puis Maître Edris s’arrêta devant une plante assez particulière. C’était une plante composée d’une tige ressemblant à un bâton et d’une boule violette. Un peu comme une vieille fleur séchée. Kloe trouvait cette plante relativement moche.

« C’est quoi ça? questionna Kloe

- Quand tu me demandes le nom d’une plante, ne l’appelle pas ça, appelle la cette fleur. Respecte Dame Nature. Cette fleur est une Angélique, aussi appelée «l’herbe des anges». Il n’y a pas de plantes plus douées que celle-ci pour détecter les maléfices et autres mauvais sorts. Elle développe aussi l’endurance et … la patience.

- Ah…

- Eh bien, que fais-tu?

- ...

- A chaque plante, tu dois faire un croquis et tu dois noter les principales qualités du végétal. Allez je te laisse quelques minutes.

- Merci Maître.»

Après quelques instants, les deux personnages se déplacèrent de nouveau pour, cette fois, arriver devant une plante que Kloe reconnaissait vaguement. Elle était constituée de feuilles vertes tombantes et d’un cœur composé de quelques boules jaunes. La tête de la fleur sortait juste de la terre et toutes les racines étaient sous terre.

« Eh Maître Edris!

- Oui Apprentie?

- Je sais ce que c’est que cette plante.

- Ah, je t’écoute.

- Cette plante est une Mandragore.

- Exactement. Et connais-tu les propriétés magiques de la Mandragore?

- Euh...Pas la moindre...

- Bien fais un croquis pendant que je t’explique.

- D’accord. »

Pendant que Kloe s’appliquait à faire son croquis, Maître Edris lui expliqua que la Mandragore était la racine la plus utilisée par les sorcières et qu’elle était liée aux pouvoirs de lévitation et provoquait certaines léthargies. La Mandragore a des effets hallucinogènes mondialement connus. La jeune fille écoutait avec attention, pour ne pas décevoir son Maître,…ni Edric.

Maître Edris l’informa qu’elle avait à peu près 22 plantes à apprendre. Au-jourd’hui, elle en apprendrait 5ou 6 et elle reviendrait ici tous les soirs après les cours pour étudier cinq ou six autres plantes. Il lui faudrait donc entre 3 et 4 jours pour toutes les savoir. Il lui manquait encore 3 plantes pour la journée. Lorsqu’elle eut terminé son croquis, les deux compères se remirent en marche. Mais ils ne bougèrent que de quelques mètres car Kloe resta ébahie devant la beauté d’une fleur. Celle-ci était violette mais à ses côtés il y en avait de très jolis spécimens blancs. La tige était très longue et elle aboutissait en se divisant en plusieurs branches très fines au sommet desquelles quelques bourgeons donnaient des feuilles violettes. Ces dernières avaient une forme assez quelconque et un cœur orangé. Maître Edris lui intima que cette jolie fleurette se nommait «Achillée Millefeuilles». Un nom bien complexe pour une fleur si simple. Cette plante redonne du courage en vue de prochains combats tout en préservant des blessures. C’était un bouton très utile. Kloe s’empressa de la dessiner mais elle était assez dure à crayonner. Au bout de dix minutes de dur labeur, Maître Edris lui donna un petit cou de main en souriant. Il l’aimait beaucoup cette jeune Apprentie et elle était douée. En suivant scrupuleusement ses conseils, elle pourrait devenir une sorcière très puissante…! Peut-être même trop puissante si elle choisissait mal son camp. Il fallait la garder près de lui. Mais elle devait continuer à suivre consciencieusement les conseils de son Maître, pour se contrôler.

Après quelques minutes de marche lente, Maître Edris se stoppa devant une plante d’une beauté déconcertante. Emerveillée mais toujours attentive elle questionna:

- Maître? Qu’est-ce que c’est?

- Cette plante est un lotus des Indes. Comme tu peux l’observer Apprentie, le lotus flotte sur l’eau mais il ne faut pas le confondre avec le nénuphar qui a d’autres propriétés que celles du lotus des Indes. Ce spécimen aux superbes pétales blancs arrondis refermés sur eux-mêmes est la plante de l’éternelle jeunesse et de la ferveur. Elle est régulièrement appelée à servir dans des rituels d’amaigrissement et de rajeunissement. C’est une plante particulièrement intéressante à dessiner.

- Elle est surtout très complexe!

- C’est bien ce que je dis, particulièrement intéressante!

- Vous avez un intérêt particulier…, bougonna Kloe

- As-tu fini?

- …

- ... ?

- Oui c’est bon.

- Très bien continuons notre route. »

Ils avancèrent quelques longs instants. Durant ces quelques minutes, Kloe se demanda combien de kilomètres carrés mesurait ce jardin botanique, que faisait Edric, et que faisait aussi Kathleen ainsi que Joanne. Qu'allait devenir sa vie avec la Magie? Ses interrogations furent coupées nettes par la voix réconfortante de son Maître.

« Ne t’en fais, ta vie ne va pas dégringoler à cause de la Magie, nous sommes là pour empêcher cela.

- Comment connaissez-vous tout ce que je pense?

- Je ne sais pas tout mais juste ce qu’il faut pour pouvoir répondre à tes questions muettes, jusqu’à ce que tu oses les poser sans en avoir honte.

- Je n'en ai pas honte !!

- En es-tu sûre ? Bien alors, nous voici devant quelque chose que je doute que tu connaisses.

- Si, c’est de la verveine! Ma mère s’en sert de temps en temps dans des tisanes notamment.

- Tu es encore plus douée que je ne le pensais, donc encore plus dangereuse! marmonna –t-il de manière inaudible. Oui, reprit-il à voix claire cette fois, c’est bien de la verveine.

- Mais à quoi sert-elle? je doute qu’elle soit ici pour faire des tisanes?

- Oui c’est vrai elle n’est pas là pour des infusions mais pour ses caractéristiques mystiques.

- Pendant que je la dessine, m’expliquez-vous?

- Bien sur. Connue également sous le nom de «plante d’amour », elle est fortement conseillée pour toutes les formules destinées à déclencher les coups de foudre.

- C’est tout? Mais je n’ai pas fini de dessiner! Je pensais qu'elle avait plus de pouvoirs !!

- Oui c’est tout mais prend ton temps pour dessiner.

- Oh non! Se lamenta Kloe

- Que se passe-t-il?

- J’ai omis de prendre des notes! comment vais-je faire?

- Pour cette fois, et seulement pour cette fois, je vais t’aider. Lorsque tu auras terminé, en dessous de chaque croquis mon explication s’inscrira comme par magie! mais fais attention, il faut être attentive en Magie, tu risques de faire des bêtises après. Maintenant je vais te donner ce parchemin. C’est la date et l’heure de nos prochains rendez-vous.

Kloe le déroula et retint une exclamation

- Mais Maître! Cette liste ne s’arrête jamais! nous n’allons quand même pas étudier les plantes toute ma vie! Vous m'avez dit tout à l'heure que je ne devais en avoir que pour quelques jours !!!

- Non voyons! bien sur que non. Mais cette liste est faite de telle manière qu’une date et une heure s’affichera jusqu’à ce que tu connaisses parfaitement tes plantes. Après nous aurons quelques semaines pour apprendre des potions et quelques formules et puis tu seras lâchée, un peu comme en liberté surveillée. Mais n’oublie pas en rentrant chez toi d’inscrire toutes tes informations dans ton Grimoire!

- Oui.»

Après quoi, les informations que l’Apprentie n’avait pas notées s’inscrivirent automatiquement. Puis elle fut autorisée à repartir chez elle.

Quand elle fut rentrée, elle ouvrit délicatement le Grimoire et commença à y inscrire à l’encre bleue les informations qu’elles venaient de récolter. Puis elle se mit à l’apprentissage de sa leçon de magie. Elle se découvrit peu à peu une passion grandissante pour cet art noble qu'est la sorcellerie. Quand vint l’heure de dîner, elle connaissait parfaitement les vertus de l’Achillée millefeuilles, de l’Angélique, du Lotus des Indes et de la Mandragore ainsi que de la Verveine. Elle s'autorisa donc à descendre manger. Après un bon souper, elle se prépara à monter se coucher quand le téléphone sonna. Elle alla décrocher le combiné et reconnu la voix de Edric. Elle ne pensait le voir que le lendemain au lycée mais la voilà en train de lui parler. On était le 23 juin.

« Bonsoir, je te dérange pas Kloe chérie?

- Non, tu ne me déranges pas. Tout va bien?

- Oui bien sur. Mais je viens d’apprendre par Maître Edris que …

- Ne m’en veut pas je t’en supplie! je ne pensais que ça aurait cet effet là!

- Mais, de quoi tu parles? je voulais juste savoir comment s’était passée ta première leçon de magie!

- Ah, désolé! bredouilla Kloe. Elle s’est très bien déroulée mais j’ai été un peu surprise au début que mes leçons consistent à apprendre les plantes!

- Oui je sais, je suis passé par là aussi! De quoi tu pensais que j'allais te parler ? Tu as fait quelque chose de mal ?

- Non non pas du tout. En tout cas ça me rassure que tu sois passé par là aussi et que tu ne sois pas mort ridicule.

- Pourquoi?

- Tu t’en es sorti! et tu m’as l’air d’être un bon sorcier

- Merci du compliment. C’est réciproque. Je sais par expérience que tu auras des cours de magie tous les soirs après l’école. Tu voudras que je t’accompagne ?

- Ce serait avec plaisir mais je doute que Maître Edris soit bien content de savoir que nous sortons ensemble.

- Ne t’en fait pas pour ça, il le sait!

- Tu le lui as dit? s’exclama l’Apprentie épouvantée

- Non, bien sur que non mais les Maîtres savent tout ce qu’ils sont besoin de savoir. Etant donné que nous sommes tous les deux ses Apprentis, ça ne pouvait pas lui échapper.

- Même, là n’est pas la question, tu risques de me déconcentrer!

- D’accord si tu veux… ricana Edric

- Bon je vais devoir te laisser, il faut que j’appelle Kathleen.

- D’accord à demain.»

Kloe raccrocha puis monta dans sa chambre. Soudain elle n’avait plus envie de parler à Kathleen. Tout ce dont elle avait envie, c’était de voir Maître Edris et de continuer son apprentissage. C’était une sorcière maintenant, elle le savait. Elle était stressée, elle le sentait. Son instinct augmentait plus de jour en jour. A moins que ce ne soit qu'une impression. Elle ferma sa porte doucement et tourna la clé dans la serrure. Elle allait allumer de l’encens et quelques bougies pour se détendre. Tout en essayant de faire attention à ne pas prononcer d'incantations involontairement.

Elle ouvrit son placard et ne jugea pas nécessaire de sortir son autel, elle ne voulait pas pratiquer la magie mais juste utiliser de l’encens. Cependant, elle prit l’encensoir et y glissa deux bâtonnets d’encens d’Oliban. Elle aimait cette odeur. Elle adorait beaucoup l’encens d’ailleurs! Elle glissa également sur cinq jolis bougeoirs une bougie violette. Elle ne se doutait pas du mélange qu’elle venait de faire. Mais elle prit le briquet qui traînait dans son armoire où elle rangeait ses affaires de sorcellerie, l’alluma et enflamma l’encens et les bougies. Une délicate odeur enveloppa la totalité de la pièce. Elle éteignit les lumières et disposa les bougies, toujours sans le savoir, en un cercle parfait aux extrémités de la pièce. Puis elle s’assit sur un coussin posé là et ferma les yeux.

Elle se détendait quand soudain une vive lumière verte éblouissante encom-bra sa vue. Sa vision n’était plus en couleurs, ce qu’elle voyait n’avait rien à voir avec sa chambre. Elle voyait une jeune fille magnifique. Au beau milieu d’un parc. Entourée d’arbres et de verdure, elle attendait. L’Apprentie avait mal au crâne, elle avait l’impression qu’il allait exploser mais il fallait qu’elle tienne. Elle ne savait pas ce qui se passait mais ça l’intéressait. Soudain il se mit à pleuvoir, d’un coup, une pluie torrentielle. La jeune fille n’avait pas de manteau et encore moins de parapluie. Elle s’apprêtait à rentrer toute trempée quand un jeune homme à priori pas particulièrement séduisant s’avança, caché de derrière un arbre et lui proposa un grand parapluie. Elle accepta, un sourire aux lèvres. Mais le garçon affichait un rictus narquois qui avait quelque chose d’effrayant. Il passa son bras autour de la jeune fille et marmonna quelque chose en latin. Après quoi, la belle demoiselle s’effondra en un amas de tissu et de chair. Lui repartit, un grand rire s’élevant de sa direction. Il avait accompli sa mission. Le visage de la jeune fille auparavant si beau était devenu une figure noircie par des brûlures. Ses yeux étaient exorbités et ses pupilles, dilatées. Un autre homme venait de surgir et regardait la jeune fille les yeux pleins de haine et de tristesse.

L’adolescente rouvrit les paupières en sursaut, le cœur battant à tout rompre et l’air tétanisé. Qu’est-ce que cela avait-il bien pu être? Que s’était-il passé? Elle qui voulait se détendre, elle s’était vue embarqué dans un drôle de rêve. Mais pourtant elle n’avait pas dormie et il ne s’était écoulé que quelques secondes entre le moment où elle avait allumé les bougies et maintenant. Tout autour d’elle était calme. Elle se retourna et observa la pièce. Soudain elle comprit. Encore une erreur qu'elle aurait pu éviter en étant plus attentive. Elle n’avait pas fait attention mais les produits qu’elle avait employés avait les mêmes caractéristiques: les bougies violettes avaient la particularité d’augmenter son potentiel physique mais aussi d’augmenter ses dons, de manifester l’inconscient, de faciliter la méditation et la maîtrise spirituelle. L’encens d’Oliban ou ''véritable encens'' est préconisé pour les rêves prémonitoires. Et puis elle avait aussi fait une autre erreur, elle avait placé les bougies en cercle autour d’elle. Il n’était peut-être pas tout à fait correct car elle avait utilisé d’autres matériaux que le sel ou la farine mais il n’en restait pas moins un cercle magique. Ce cercle symbolique est un espace rituel gorgé d’énergie. Elle ne devait pas en parler à son Maître mais elle savait qu’il finirait par lui aussi le savoir. Les Maîtres savent tout ce qu’ils doivent savoir sur leurs Apprentis. Kloe était prise par des remords.

Elle avait eu une vision qu'elle aurait pu éviter.

Les mains tremblantes d’effroi elle alluma la lumière électrique et éteignit bougies et l'encens. Elle enfila en vitesse sa chemise de nuit et se coucha rapidement. Demain serait un autre jour. Un jour d’école tout à fait comme les autres, un lundi 24 tout à fait correct. La dernière semaine de cours avant les vacances d’été.

Mais sa nuit fut mouvementée de différents cauchemars tous plus horribles les uns que les autres. Elle y voyait cette délicate jeune fille tranquillement installée avant l’arrivée du jeune homme puis quelques secondes après elle la voyait là, par terre, méconnaissable. Son visage était brûlé, ses yeux exorbités et il ne restait plus sur elle qu’une expression de terreur abominable.

A son réveil, très tôt le matin Kloe avait l’impression de n’avoir pas dormi. Ses yeux étaient gonflés et cernés plus qu’à l’accoutumer et ses cheveux, d’ordinaires si ordonnés même après une nuit de sommeil étaient tout ébouriffés. Elle était en sueur. Elle était terrorisée. Sa tête bouillonnait de questions. Alors elle décida d’appeler Edric, il saurait peut-être lui ou s’il ne pouvait pas, il la rassurerait. Aussitôt elle descendit l’escalier, attrapa le combiné et appela. Il répondit.

« Allô? Je vous signale que d’ordinaire je dors à l'aurore !

- Oups, désolé Edric, je rappellerais plus tard si je te dérange…

- Ah c’est toi Kloe, non ne raccroche surtout pas! que me vaut le doux son de ta voix si tôt le matin?

- Edric, j’ai un problème.

- Explique-moi.

Son ton de voix était devenu grave et il écouta Kloe raconter son histoire avec attention. De temps en temps il poussait de petits sons signifiants qu’il avait compris.

- Alors Edric, peux-tu m’aider s’il te plait!

- Le mélange que tu as fait est un mélange puissant et tu as eu une vision, c’est juste que tes pouvoirs se développent. Connais-tu les trois personnages de ta vision?

- Non je ne crois pas. Qu’est-ce que je dois faire Edric?

- Tu as une leçon de sorcellerie ce soir avec Maître Edris?

- Je n’oserais jamais lui en parler, il va me disputer!

- Certes il risque de te disputer et, bien que je sois dans ton camp, il aura raison car tu as fait usage de la magie sans en connaître les conséquences mais il sera bien plus apte que moi à répondre à tes questions et à tes interrogations. Il pourra t’expliquer beaucoup plus en détails ce qui s’est passé.

- Alors tu crois vraiment que je devrais lui en parler?

- Oui.

- D’accord, je le ferais ce soir.

- A tout à l'heure au collège, je t’embrasse

- Moi aussi. »

La perspective de parler de ses erreurs à son Maître ne lui plaisait guère mais elle n’avait pas le choix. Qu’allait-il lui dire? Elle n’en avait pas la moindre idée…! Une fois de plus, elle redoutait de voir son Maître.

Elle ne se rendit compte qu’après avoir longuement médité sur les futures paroles possibles de son Maître qu’effectivement il était tôt. Mais elle se résigna, bien que fort fatiguée par l’agitation de sa nuit, à ne pas retourner se coucher de peur de refaire ce cauchemar. Elle prit donc l’initiative de réviser ses cours de Magie et d'apprendre ceux qu’elle avait aujourd'hui au lycée. Puisqu’il fallait qu’elle se fasse pardonner, autant le faire tout de suite. Elle gravit les marches et franchit sa porte. Là, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle découvrit sur le rebord de sa fenêtre, un hibou moyen duc, assit docilement. Elle se dépêcha donc d’aller ouvrir et l’oiseau pénétra dans sa chambre. Comme elle s’en doutait, le volatile n’était pas venu pour voir ses doux yeux mais pour lui apporter un message. Elle décrocha le bout de parchemin de sa patte et caressa un peu le hibou. Kloe déplia la feuille parcheminée et la parcourut du regard.

Chère Apprentie,

J’ai appris que tu avais fait une bêtise, qui t’a valu de maintes frayeurs, par ton petit ami Edric ! Nous discuterons de cela ce soir à notre leçon de sorcellerie. Il nous reste encore un nombre de 16 plantes, ce qui nous fera encore 4 séances, en espérant bien sûr que tu puisses assimiler les capacités florales de 4 plantes par jour! Comme tu as pu le remarquer, j’ai réduit le nombre de plantes car avec ce qui t’es arrivé, à ton insu, il faudra que nous discutions de ton avenir dans la sorcellerie. Je te serais donc gré de venir à l’heure au Carrefour de la Duchesse, comme d’ordinaire. Voilà, j’ai dit ce que j’avais à dire, si tu as des doutes sur ce qui t’es arrivé et que tu veux avoir quelques informations avant de venir me voir, regarde dans ton Grimoire, il te donnera un certain nombre de réponses. Mais que cela te serve de leçon, ne pratique pas la Magie sans avoir déjà une petite idée des conséquences et surtout regarde bien les associations que tu fais avec tes produits si tu ne veux pas que cela se reproduise.

Maître Edris

Kloe relut deux fois la lettre. Au moindre faux pas, son Maître la reprenait. Elle ne comprenait pas trop le sens de cette lettre. Pourquoi son Maître la lui avait-il envoyée? Elle avait parfaitement conscience que ce qu’elle avait fait était très mal et elle ne voulait nullement que cela se reproduise. Alors pourquoi la mettre en garde. Que sous-entendait-il par l’expression «regarde dans ton Grimoire, il te donnera un certain nombre de réponses. ». Et pourquoi lui avait-il dit « que nous discutions de ton avenir dans la sorcellerie.»? Ce simple petit accident la séparerait-elle à tout jamais du monde devenu le sien, celui de la Magie? Elle refusait de s’y résoudre !! Depuis qu’elle connaissait la sorcellerie, sa vie lui souriait un peu plus, elle avait rencontré Edric! Lorsque le hibou vit qu’elle avait pris connaissance de la missive il hulula doucement puis repartit en la laissant seule dans ses in-terrogations.

Elle se résolut à faire ce qu’elle était montée faire auparavant. Mais qu’avait-elle prévu de faire? Elle ne s’en souvenait plus. Elle réfléchit un instant. Dans son esprit une image d’un livre flou apparut. Le Grimoire, c’est ça qu’elle était venue faire. L’Apprentie ouvrit son placard et en sortit le gros volume. Il s’ouvrit de lui-même sur une page manuscrite par une autre Apprentie certainement. L’écriture était légère et agréable à parcourir.

« Je venais de finir mes leçons sur les plantes, cela m’avait un peu ennuyé mais il le fallait. Maître me donna l’autorisation de pratiquer la Magie en faisant bien attention. Seulement je n’avais pas pris en considération tous ses avertissements sur les effets secondaires d’un sort personnel mais je voulais absolument me moquer d'elle !!! Je pris donc mes plantes et je préparai un sortilège pour l’envoûter. Cela marcha à merveille, tout le monde se moqua d'elle mais je me vis soudain rétrécir rétrécir tant que je ressemblais maintenant à une élève de 5e moi qui étais en 2e!! Je ressemblais à une collégienne avec la poitrine d’une lycéenne. J’étais horrifiée par ce qui m’arrivait, les gens se moquaient de moi également et je n’en pouvais plus. Pendant une journée complète de lycée je me fis insulter et moquer. Alors le soir je me résolus à voir mon Maître. Il m’engueula beaucoup, je reçus de nombreuses remontrances mais je compris qu’il ne fallait pas pratiquer la Magie à ses fins.

J’ai appris aussi ce jour là que c’est souvent grâce à une mauvaise expérience que l’on ap-prend les règles élémentaires de la sorcellerie…»

Kloe chercha longuement pourquoi le Grimoire s’était ouvert sur cette page. Elle se disait qu’il y avait forcément un rapport entre ce manuscrit et ce qu’il venait de lui arriver. Mais elle avait du mal à le voir. Puis elle comprit, dans un éclair de génie, la raison de ce fait. «Regarde dans ton Grimoire, il te donnera un certain nombre de réponses». Les voilà les réponses. Maître Edris voulait qu’elle aussi écrive dans son bouquin ce qui lui était arrivé et la leçon qu’elle en avait tirée. Car comme pour cette jeune lycéenne, son Grimoire sera ensuite passé à un(e) autre Apprenti(e). Kloe parcourut les pages et s’aperçut en effet que cette écriture relatant des faits de sa vie d’Apprentie parsemait le Grimoire de part en part.

Alors elle prit sa plume, son pot d’encre et décrivit les faits dont elle avait été victime.

Cela lui prit un bon moment, après quoi, elle décida de partir au lycée.

Sa journée avait été épuisante, Edric l'avait suivit de partout, il voulait la voir tout le temps et il allait même jusqu'à la déconcentrer en cours. Puis le moment crucial de la récré était arrivé. A peine étaient-elles sorties, Kathleen et elle qu'Edric était venue la voir et l'avait embrassée, devant tous les regards ahuris. Puis Edric était reparti, content de lui, s'adossé au même arbre que le jour de sa venue au lycée, avec le livre qui était son Grimoire, Kloe en était sûre. Kloe dut subir les moqueries des autres jeunes filles jalouses qui disaient ouvertement qu'une fille comme elle n'avait rien à faire avec un mec comme lui.

Quand vint le soir, elle sortit. Elle arriva à l’heure au Carrefour de la Du-chesse, où comme d’habitude l’attendait son Maître Edris, habillé dans une tenue un peu trop voyante aux goûts de Kloe. Elle se dirigea vers lui et se saluèrent. L’Apprentie baissa les yeux et son Maître l’emmena dans la serre où elle se changea pour son habituel costume jaune.

« Alors Apprentie, tu dois te demander ce que j’entends par l’expression de ''ton avenir dans le monde de la sorcellerie ''!

- Bah oui un peu!

- Tant mieux!

- …? Comment ça tant mieux ?

- Comme ton cher Edric a pu te l’expliquer, cette vision est le fruit de l’augmentation précipitée de tes pouvoirs. Je peux t’avouer que nous ne l’avions nullement prévue. J'ai donc essayé de te faire peur en te prédisant que si cela se reproduisait, tu risquais d'être bannie.

- C’est grave ? Je ne veux surtout pas être bannie !!

- Comment une augmentation de pouvoir pourrait-elle être grave? Je vais t’expliquer. La composition que tu as effectuée dans ta chambre, est, comme tu l’as sans doute remarqué, une composition très forte en ondes mythiques.

- Oui…

- C’est pourquoi je pense que …

- Je vous en supplie ne me dites pas qu’il faut que j’arrête la sorcellerie, je ne peux plus m’en détacher, c’est toute ma vie!

- Je suis ravi de l’intérêt que tu portes à la sorcellerie mais ne t’en fait pas je n’avais nullement l’intention de t’apprendre que tu devais cesser de la pratiquer, bien au contraire!

- C’est-à-dire? S'impatienta la jeune fille

- Je pense que nous devrions passez à la vitesse supérieure pour pouvoir approfondir tes connaissances et ainsi diminuer le risque toujours présent de faire une bévue.

- D’accord, en fait vous voulez me faire apprendre plus de choses qu’aux autres Apprentis?

- Tu as absolument raison. Oui, je t’en crois capable. Maintenant, revenons à nos leçons si tu le veux bien.

- Bien sur!

Ils se dirigèrent donc vers le fin fond de la serre où des plantes pas particulièrement belles étaient entreposées. Mais il n’y avait pas que des plantes, on trouvait aussi des écorces, des graines ou encore des fleurs séchées.

« Voici de l’acacia, connais-tu cette plante?

- De nom et de renommée mais pas outre mesure.

- Bien alors dessine…

- …vous allez m’expliquer, finit Kloe

- Effectivement, répliqua Maître Edris avec un sourire non réprimé. On brûle cette plante lors des séances de méditation pour interpréter plus facilement les messages de l’au-delà.

- Ah c’est utile alors!

- Comme toutes les plantes Apprentie! N'en méprise aucune sous le simple prétexte qu'elle ne te plait pas d'apparence ou que son nom soit trop compliqué. »

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. mikhOL 01/08/2010

Kloe est en train de sombrer totalement dans le monde de la magie, pour preuve on a plus que de rares traces de ses amies !! Mais si son mauvais rêve était une prémonition, alors qui est donc cette pauvre fille assassinée dans le rêve ? Mystère, mystère...! :p

ps: je tiens quand même à dire que Kloe est une débile..! Non mais c'est vrai, pourquoi elle se sert de l'encens et des bougies de magies, genre elle se sert du matos de sorcellerie et après elle s'étonne que aie des conséquences de sorcellerie ! :p

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site