Contemplation des étoiles

Lorsqu’assise sur un toit

On contemple les étoiles

On a l’impression d’être vidée

On a l’impression d’avoir été libérée

On tend le bras et on s’imagine toucher les cieux

On savoure chaque instant et on a envie de rester sur le toit

Alors on ne descend pas. Du moins pas maintenant. Encore. Toujours. On attend

Et puis le jour se lève, les voiles tombent et la vie resurgit.

Toujours aussi malsaine et inconfortable.

On a envie de mourir quand on regarde cette nature endormie

J’ai envie de mourir.

Une envie solitaire moi qui pourtant ne cesse de penser à toi

Mais une envie tellement puissante que je m’avance sur le rebord

Il est encore tôt. Personne ne me voit. Personne ne sait.

Tout le monde juge mais personne ne cherche à considérer.

Je m’énerve. Seule. En pensant à toi mais seule

Je voudrais te serrer dans mes bras, t’étreindre de mon amour

Je voudrais te dire, peut-être pour la dernière fois

A quel point je tiens à toi

Les étoiles sont revenues et il fait nuit noire

Je suis toujours au même endroit

Enfin je crois. Plus rien ne me semble sur.

J’entends du bruit mais les étoiles n’ont jamais dérangé

Alors je m’endors, malgré la puissance du son violent qui me déchire les tympans

Je contemple les étoiles

J’ai l’impression d’être vidée

J’ai l’impression d’avoir été libérée

Je tends le bras et je touche les cieux.

Je souris, ravie

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Tonio 01/08/2010

Fin ambigüe. Le poème est très adroitement mené.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site