Cher ami

Cher ami,

 

Au large de l’écume sauvage,

Là où l’horizon se noie jusqu’au lendemain,

Dans la lumineuse noirceur des vagues,

Je te suivrais.

 

S’il faut surpasser les pics des roches,

Quand les hommes se meurent à la tâche,

S’il faut m’arracher les ailes,

Je le ferais.

 

Qu’il soit sphinx, lion ou minotaure,

Malin, féroce ou cruel,

Le temps n’aura assez d’embûches,

Que je ne puisse vaincre.

 

J’entends au loin ton appel,

Celui qui m’arrache le cœur,

Et me déchiquète l’âme.

 

J’entends au loin ton appel,

Celui qui m’interdit ta présence.

Mais je ne puis aujourd’hui,

Rester loin de toi plus longtemps.

 

Alors fi de toute raison,

Avec comme seul bagage ma passion,

Je parcourrais le monde s’il le faut,

Le tour du monde à défaut.

 

J’engagerais toutes les forces,

Pour visiter chaque tréfonds chaque confins,

Peu m’importe le temps pris,

Pourvu que je te retrouve, cher ami.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Lionel 28/11/2010

Tu as vraiment un certain talent, un talent certain pour l'écriture.
C'est chouette! ;)

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site